Accueil du site > Actualité > Le Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition du 3 au 7 (...)

Le Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition du 3 au 7 novembre 2011 en Guyane.

lundi 3 octobre 2011

LE MÉMORIAL INTERNATIONAL DU CONTE « PAUL HENRI GÉRARD » 8ème ÉDITION du 03 au 07 novembre 2011 en Guyane Avec la Mauritanie, l’Algérie, le Surinam, la Sainte Lucie, la Dominique, la Martinique, la Guadeloupe, et la Guyane.


LE MOT DU PRÉSIDENT

Rémy AUBERT « Palò fon tchò » Le Mémorial International du Conte Paul Henri Gérard, rend Hommage à notre regretté ami Monsieur Pierre POLIUS dit : « la voix du Guetto. » SURVENUE LE 16 AOUT 2011 A LORIENT. Oh mon frère tu me manques et je t’aime car un jour tu m’as dit : « Si tu as de nombreuses richesses donne ton bien ; si tu possèdes peu, donne ton cœur. » et toi tu as donné ton CŒUR, ton âme, ton corps et ton esprit à l’humanité multiple. Tout simplement Merci, merci mais sache que : « La mort engloutit l’homme, elle n’engloutit pas son nom et sa réputation. » je t’aimerais toujours. « Sa ki la pou to dlo pa ka charyié’l » : si ça doit... arriver, ça arrivera. Mo ja wè van vanté, coco vèt tonbé, coco sèk rèté pandriyé = (J’ai déjà vu, les jours de grand vent, les cocos verts tomber et les cocos secs rester accrochés au cocotier) Les jeunes s’en vont, les vieux restent ; La mort ne choisit pas, mais ton œuvre est éternelle. Honneur et respect…

Nous allons aborder et développer pour cette 8ème édition le thème de : « L’esthétique des proverbes et devinettes dans le conte ». A pa lè ou fen pou mété manjé si difé = (Ce n’est pas au moment où tu as faim que tu fais cuire ton repas) Il faut savoir être prévoyant

Les proverbes sont souvent employés pour renforcer des arguments, et pour enrichir la conversation. Les utiliser avec habileté est, dans la société guyanaise, un signe d’érudition et d’élégance dans l’expression. De nombreux proverbes sont très subtils, et ne peuvent être compris que par les auditeurs familiarisés avec la culture de celui qui les énonce ; aussi, l’étude des proverbes offre-t-elle une vision précise des valeurs de base d’un groupe culturel.

Les Masak sont des devinettes en créole guyanais, que l’on entendait lors des veillées. Posées par les conteurs, c’étaient les personnes de l’assistance qui cherchaient et donnaient les réponses.

Les devinettes ont été beaucoup moins étudiées que les proverbes, car elles sont principalement utilisées par les enfants. Parfois les devinettes ne sont pas destinées à surprendre l’auditoire, mais à établir une sorte de dialogue social, dans lequel les réponses sont connues de tous, et proférées à l’unisson.

Masak Masak ? Kam ! Kini Kini ? Bwa Sèk ! Est-ce que la cour dort ? Non, la cour ne dort pas. Devinette ou Masak : Ti koulan, anba pon ? Réponse : Langue !

Bon mémorial 2011 à tous ! Dégrémési !

• Dire ce qu’on sait, faire ce qu’on peut, on dort tranquille

Portrait de Pierre POLIUS dit : « La voix du Guetto ». SURVENUE LE 16 AOUT 2011 A LORIENT.

Pierre Polius, Guetto, est né le 22 septembre 1964 à Cayenne, Guyane. Il aimait se définir en tant que nègre marron, c’est à dire descendant des esclaves qui avaient fui la servitude pour s’installer dans la forêt et près du fleuve Amazone. Il a fait des études de journaliste à Cuba avant de devenir animateur radio dans les années 80, à Cayenne. Son émission : La voix du ghetto, sur RTM 102 lui vaudra son surnom : Guetto avec une orthographe créole. Curieux de tout, amoureux du monde, généreux de son temps et de son énergie, Pierre a passé son temps au service des autres. Un parcours varié, riche, qui le mène au cœur de la forêt amazonienne pendant des années. Il a été animateur de quartier dans le cadre des DSQ, développement social des quartiers où il a entretenu sa passion du partage, de l’écoute, de la transmission. Il transmet aux jeunes qu’il accompagne son amour de la musique et de la poésie, du reggae et de la Guyane. Ses paroles sont des messages de paix et d’amour, de tolérance mais aussi des invitations à la réflexion. Son émission radio lui vaut un public assidu, de nombreux admirateurs. Il évoquait des sujets dont personne ne parlait, invitait son public à la prise de conscience. Pierre a contribué à faire connaître de nombreux groupes de musique qui lui en sont, encore aujourd’hui, reconnaissants. Il apparaît également sur de nombreux CD en tant que parolier, car il écrivait des textes pour des musiciens. En 2005, il accompagne la tournée d’Energy Crew et de Morgan Héritage et arrive en Bretagne pour les Transmusicales de Rennes. Il choisit de ne pas rentrer en Guyane et de s’installer à Bieuzy les Eaux. En 2007, il découvre le village de Poul Fetan dont il tombe amoureux et s’installe à Quistinic. Il met ses multiples talents au service du village et devient une des forces vives de la Tavarn, contribuant au développement et au succès des projets culturels. Sa gentillesse et sa passion légendaire pour la musique en font l’homme idéal pour l’accueil des artistes et l’organisation des concerts. En 2009, Pierre poursuit sa passion de l’écriture et co-écrit avec Isabelle Nguyen un beau livre sur le village : Poul-Fetan, un voyage dans le temps, aux éditions Yoran Embanner, dont les photos sont réalisées par son grand ami, Loïc Tréhin. Deux autres projets sont en cours au moment de son départ : un livre de recettes avec son ami Luc Acroute, chef cuisinier à la Tavarn et un conte musical pour enfants avec Isabelle Nguyen et la harpiste Cécile Corbel. Un des rêves de Pierre était de mettre en place un jumelage entre la Bretagne, sa terre d’adoption et la Guyane sa terre natale. Passionné de photographie et de poésie depuis toujours, Pierre laisse des milliers de clichés étonnants et des centaines de textes poétiques, politiques. Pierre était un leader dans son univers. C’était avant tout un homme d’amour et de tolérance. Guidé par la foi face aux difficultés il avançait d’un pas sûr mais humble.

La philosophie de sa vie : « C’est Jah qui a le planning… »

On dit que : La mort est un plat que tout le monde goûtera…

On dit que : Quelle que soit la longueur du jet de l’urine, les dernières gouttes retombent toujours entre les cuisses.

Programme

JPG - 701.6 ko
Téléchargez l’affiche du Mémorial Internationnal du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition 2011
JPG - 978.7 ko
Téléchargez le programme du Mémorial Internationnal du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition 2011

Mémorial International du conte PAUL HENRI GÉRARD 8ème ÉDITION DU 03 AU 07 NOVEMBRE 2011 EN GUYANE « L’esthétique des proverbes et des devinettes » (Masak ké dolo)

Lajan pa ka fè boul an poch a maléré. (Guadeloupe : L’argent ne fait pas de boule dans la poche des pauvres.) Pauvreté égale poches vides.

- Du vendredi 23 septembre au samedi 29 octobre 2011

Concours de contes et de récits autour du thème : « L’esthétique des proverbes et des devinettes » (Masak ké dolo). Ouvert à tout public.


- 

Le jeudi 03 novembre 2011

• À 10h00 à l’ENCRE à Cayenne
- Spectacle de contes pour enfants
- Avec Mr Mamadou SALL (Mauritanie)

• À 20h00 à l’ENCRE à Cayenne
- Spectacle de contes pour tout public
- Avec Mr Mamadou SALL (Mauritanie)
- Le Comédien LÉYON (Guadeloupe)
- Mr Rachid AKBAL (Algérie),
- Et Mme Mauricienne FORTINO (Guyane)

- 

Le vendredi 04 novembre 2011

• À 20h00 à Sinnamary
- Spectacle de contes tout public
- Avec Jules WILSON (Sainte Lucie)
- Christophe RANGOLY dit Papa SLAM (Martinique),
- Mme Marie-louise BARTHELEMY, dite : « MALOU » (Sinnamary),

- 

Le samedi 05 novembre 2011

• À 20h00 place Yves PATIENT à Mana LA NUIT DU CONTE PAUL HENRI GERARD 8ème EDITION « L’esthétique des proverbes et des devinettes » (masak ke dolo)

Avec la Mauritanie, l’Algérie, le Surinam, la Sainte Lucie, la Dominique, la Martinique, la Guadeloupe, et la Guyane.

- Avec La participation de Jeff Joseph & Gramacks (Dominique) Victor O (Martinique), Chris Combette (Cayenne) et NEW COMBINATIE (Charvein) (Guyane). Mamadou SALL (Mauritanie), Rachid AKBAL (Algérie), Christophe RANGOLY dit Papa SLAM (Martinique), Jules WILSON (Sainte Lucie), Woto AKODI (Surinam) et le comédien LÉYON (Guadeloupe).

- Hugo COÊTA (Cayenne), Eugène MACKINTOSH (Saint Laurent), Claude BAUMANN (Mana), Mauricienne FORTINO (Cayenne), Marie-louise BARTHELEMY, dite : « MALOU » (Sinnamary), Eveline PERIGNY (Mana), Rémy AUBERT (Mana), Martine PALTON (Saint Laurent), Nadine LEO (Macouria) et Marie-Annie FELICITE (Cayenne).

Entrée gratuite !

- 

Le dimanche 06 novembre 2011

• À 9h30 à l’Église de Mana. Messe en l’honneur de Mr Paul Henri Gérard À l’issue de la messe dépôt de gerbes au cimetière de Mana

- 

Le lundi 07 novembre 2011

• À 09h00 à la mairie d’Awala –Yalimapo Spectacle de contes pour enfants Avec Mr Mamadou SALL (Mauritanie) Entrée gratuite pour tous les spectateurs !

Si ou enmen biswi amériken, sé pou’w enmen kout pié amériken. (Sainte-Lucie : Si vous aimez le biscuit américain, il faut que vous aimiez le coup de pied américain.) On ne doit pas cracher dans la soupe.

Fin du programme

On dit que : Quand tu sauras le prix d’une esclave, tu ne penseras jamais à vendre ta mère.

LES CONTEURS DE L’EXTERIEUR INVITES :

On dit que : A chaque époque ses hommes !

- Mr Mamadou SALL (Mauritanie)

- Mr Christophe RANGOLY dit : “PAPA SLAM” (Martinique)

- Mr Marc LAUBA dit : “Léyon” (Guadeloupe)

- Mr Jules WILSON (Sainte-Lucie)

- Mr Rachid AKBAL (Algérie)

- Mr Woto AKODI (Surinam)

On dit aussi que : Ce qui est écrit sur le front, la main ne peut l’effacer !

On dit que : Si quelqu’un fait semblant de mourir, il faut faire semblant de l’enterrer !

Mamadou SALL (Mauritanie)

Mamadou Sall, conteur, nous faire découvrir la Mauritanie dans sa diversité : du désert au fleuve, du fleuve à l’océan, de l’océan à la savane ! Il partage avec le public les histoires qu’il a entendues dans son enfance ; fils d’un père d’origine Halpoular et d’une mère Wolof, ou qu’il recueille auprès des personnes âgées, et qu’il édite aussi maintenant (éditions Lirabelle, éditions Grandir) - dans un souci de conservation du patrimoine oral de son pays. Sa gestuelle élégante accompagne les aventures des personnages, humains et animaux, graves ou drôles, les rythmes et chants les ponctuent, les ritournelles en wolof éveillent l’attention des spectateurs.

Christophe RANGOLY dit : “PAPA SLAM” (Martinique)

Diseur de paroles et flûtiste, ce grand voyageur interpelle par son engagement car ses textes sont de véritables pages d’histoire contemporaine qui le conduisent en juillet 2006 au festival culturel de Fort-de-France sur une scène slam. Il en reviendra avec un surnom : Papa Slam ; un hommage rendu à sa présence et son travail depuis les années 70. Toujours curieux de la rencontre, il allie depuis peu ses vers aux mouvements de danse de Raphaëlle Delaunay ou encore Christiane Emmanuelle, une façon d’illustrer le mélange savoureux des genres. Christophe Rangoly, dit « Papa Slam », dans le débit de son parlé ne cesse de créer une tension, œuvre à la mise en place d’un espace politique du partage de « l’être ensemble ». De Soundjata Keïta à Mandela, de Martin Luther King, Césaire, Senghor, Angela Davis, Toni Morisson, il y a des répétitions, des vitesses différentes entre le poème, le concept, l’art et le politique. Toutes ces variations de l’esprit relèvent chez lui de la pensée. Pensée éruptive, magmatique, fusion permanente… un blues.

COMÉDIEN INVITE : Marc LAUBA dit : “Léyon” (Guadeloupe)

Le grand public le découvre en 1990 lors de la pièce Moun Koubari, il est alors Léyon et depuis ce personnage ne l’a jamais quitté. Marc est devenu un comédien et humoriste reconnu aux Antilles ; petit il était très timide, incapable de faire rire ses copains à l’école, il s’affranchit de cette timidité grâce au théâtre. Le théâtre est pour lui une vraie passion, il prend plaisir à être sur scène, il est devenu la fierté de sa mère, elle est venue pour la première fois au théâtre le voir jouer dans Moun Koubari, et depuis c’est une spectatrice fidèle.

Marc est marié et père de 2 enfants, son premier public ; à force de l’entendre répéter ils connaissent déjà ce spectacle et ils rient ! L’idée de ce spectacle trotte dans sa tête depuis la fin de la tournée « Les Poids lourds du rire ; il voulait se retrouver seul sur scène, exercice pas facile car selon lui, personne ne vous donne la réplique comme dans une pièce de théâtre, on travaille sans filet, c’est un nouveau défi. Ce travailleur acharné, se met dès la fin de la tournée de Vin Vann ! à l’écriture de ce one man show, au bout d’un an, tout est prêt. Le titre du spectacle, Léyon lancien fwonctionère, c’est un clin d’œil à Moun Koubari, Marc nous réserve une belle surprise dès le début du spectacle.

Jules WILSON (Sainte-Lucie)

Jules WILSON est né le 22 juin 1964, dans la Commune de Millet, en Sainte-Lucie. Il a cinq frères et trois sœurs et il est le cinquième d’une famille de neuf enfants.

Agé de 47 ans, il vit avec sa femme et ses deux filles. Il est passionné de musique, de films et de contes. Mais avant tout, sa passion première reste le conte.

Jules est devenu un comique créole national en 1998 avec le nom de scène Pinjook. Il a participé au Festival de conte : « Pran ti ban-la sizé », à Sainte- Rose en Guadeloupe en octobre 2010 aux cotés de célèbres conteurs internationaux.

Le conteur Jules WILSON est très sociable, amical et aime à aller à la rencontre des traditions et cultures, pour partager et échanger, afin de donner et de recevoir.

Rachid AKBAL (Algérie)

Formé au Studio 34, à Paris, Rachid Akbal, n’a cessé d’explorer, de la formation du théâtre institutionnel aux expérimentations du théâtre de laboratoire, en passant par l’énergie généreuse des arts de la rue.

Depuis 1992, il dirige la Cie Théâtrale Le Temps de Vivre avec laquelle il a créé une quinzaine de formes artistiques, chacune étant amenée à voyager en France et à travers le monde, dans les festivals, les théâtres, les centres culturels, les bibliothèques ou encore les écoles. Plus de 150 représentations sont jouées chaque année.

Après la création du festival Rumeurs Urbaines en 2000, on lui doit la création du festival Art et Culture (littérature, conte, théâtre), en 2002, dans les lycées français du Caire, de Tunis et Tripoli (zone Mashrek Mahgreb).

Depuis 2003, la Cie s’est lancée dans l’aventure de la Trilogie Algérienne :

Woto AKODI (Surinam)

Monsieur Woto AKODI est né le 28 octobre 1951, à Saint-Laurent du Maroni. Originaire du Surinam et comme tous les Bushi-nengués, il raconte des contes depuis son plus jeune âge, pratique reçue auprès de ses parents.

Son expérience de conteur lui permet aujourd’hui de sillonner les différentes écoles de Saint-Laurent du Maroni et d’animer des contes dans l’émission de « LOWEMANPAANSU », tous les jeudis soirs sur la radio UDL entre 18h00 et 21h00. Monsieur Woto AKODI, avec cette activité radiophonique et culturelle, a pour ambition de transmettre son savoir aux jeunes et anciens, en espérant qu’un grand nombre reprendront les flambeaux du conteur.

On dit aussi que : Lajan maléré, a latjé krapo ! (Guyane : L’argent des pauvres est une queue de crapaud.) L’argent file vite entre les mains des pauvres.

Devinette Africaine : Je suis une maman ; tous mes enfants doivent mourir avant moi. Chacun de mes enfants, avant de mourir vient me frotter le dos. Qui suis-je ? C’est la... c’est la... c’est la BOITE D’ALLUMETTE !!!! Qui-regarde-tous-ses-enfants -lui-frotter-le-dos-et-mourir-tous-avant-elle-même.

La Résidence d’artistes et de la parole :

la 3ème Résidence des Arts de la parole au village Charvein à Mana avec Jeff JOSEPH & GRAMMACKS (Dominique), VICTOR O (Martinique) Chris COMBETTE (Cayenne) et le Groupe NEW COMBINATIE (Charvein).

Jeff JOSEPH et les GRAMMACKS (Dominique) :

Il est né à la Dominique, dans un village du nom de Saint-Joseph. Et du plus loin qu’il s’en souvienne il a toujours aimé bouger, danser et surtout chanter. Sa maman Sylma se souvient : « Jeff est l’ainé de mes cinq enfants. Je l’ai toujours entendu chantonner, toujours, quelque soit son humeur du moment. Il reprenait des chansons que diffusait la radio ou en inventait quelques-unes ». La musique ? Jeff dit qu’elle l’habite depuis l’enfance. C’est sa manière de dire ses émotions, et de les partager. Une façon aussi d’enjoliver la vie, la sienne comme celle des autres… C’est ainsi qu’à l’âge de douze ans, il commence ses premières prestations publiques en s’inscrivant dans une compétition de carnaval qu’il remportera l’année suivante, avec une bande d’amis qui l’accompagnait au steel-band. Une étoile du calypso est née, mais maman Sylma veille et tient à ce que les études soient menées à terme avant toute escapade musicale. C’est chose faite en 1972 où avec quelques potes musiciens de son école Grammacks School et ceux de l’Academy School Jeff fonde le groupe « Grammacks » qui sillonne la Dominique de bout en bout, de bals populaires en fêtes communes. Comme ses illustres ainés en variétés, les Ophélia et Gordon Henderson, Jeff fera mentir le proverbe qui dit qu’on n’est jamais maître chez soi. Parmi ses compositions qui n’ont pas pris une ride mélodique citons : Misik dou it, Mi déba, Ou pas bon, Côchema, Pawol en bouch… Des trophées SACEM et autres distinctions honorables (dont la médaille de la Fête de l’Indépendance de la Dominique…) viendront couronner son talent... A New York où il réside, Jeff rencontre le groupe « Kool of the gang » avec lequel il sort en 1988 un sillon de deux sonorités « world music », « Banana sweet » et « One, two, three », dont le clip tourné en Angleterre est l’un des plus soignés réalisés par un artiste de la Caraibe. Et puis, arrive "Volte-Face" avec Georges Decimus (bassiste et faiseur de tubes aux disques d’or pour Kassav), avec le lutin Dominique Panol, avec la « zoukeuse-light » Katryn Thélamon et la voix ka-roots de Dominique Coco. Pendant cinq ans, Volte-Face, groupe éclectique et électrique parcourt le globe, semant aux quatre vents, sa rythmique caribéenne nourrie de zouk (chiré, lové…) de bouyon, de cadence-lypso, de funk, de gwo-ka. Volte-face désormais éteint, il nous reste en souvenir 5 albums et 1 album live qui relatent leurs prestations entre frissons, passions et émois. En 1997, Jeff obtempère et avec de jeunes musiciens férus de son répertoire, il crée « Grammacks New Generation ». Le chanteur a gardé sa verve, son sens du rythme, son allant, son punch et sa capacité phénoménale à soulever les foules. Pour Jeff Joseph, la musique est un plaisir, le public un ami fidèle avec lequel il aime à partager et échanger.

VICTOR O (Martinique) :

Victor O est originaire de la Martinique. Ses fondements musicaux et culturels y sont d’ailleurs ancrés. Un ancrage qui n’a pas empêché l’ouverture musicale. C’est en région parisienne où il a grandi dès la prime adolescence que les goûts musicaux de l’artiste s’affirment. Il intègre en 1987 l’Américan school of modern music à Paris. Trois ans plus tard, il crée le groupe funcky-caribéen Gonaives et en 1994 il signe déjà son premier contrat de co-édition sensitivmusic/ warner. C’est dans ce cadre qu’il réalise en 1996 l’album « Pas l’âme d’une dame » de Clémentine Célarié dont il signe la majorité des chansons. A l’époque, Victor O a parmi ses mentors le musicien béninois Waly Badarou réalisateur de Joe Cocker, Grace Jones ou de Level 42 et Fela. En 1998 il crée son propre label, Appolo production. Victor O crée en 2002 le groupe Dafataigazz, une « expérience musicale » menée avec son ami DJ Walter Wallace. Expérience réussie puisque le groupe se propulse aussitôt dans le monde des majors. En 2003 il signe avec Universal édition et le label Polydor /Universal.

Depuis Victor O a remporté d’autres succès, y compris aux Antilles lorsqu’il reprend dans un album d’anthologie un morceau d’un ponte de la tradition martiniquaise, feu Eugène Mona. Au cours de ce mois de novembre 2008, le premier opus solo de Victor O livre ses mémoires musicales ; celle d’un jeune compositeur au cheminement pluriel : reggae, rap, pop-rock et traditions antillaises s‘y mêlent pour donner corps à des sonorités parfois jamais entendues.

Chris Combette (Guyane) :

Chris est né en Guyane en 1955, au sein d’une famille martiniquaise. Troisième d’une fratrie de six garçons, il apprend la guitare en observant ses grands frères, après l’école. Son premier groupe, les ”Agils”, fondé dans le giron familial par les. Puis viennent les années 70, l’époque des bals et de la grande vogue joue dans plusieurs groupes, dont les ”Thunders” avec les mémorables du groupe ”Puissance 8", il est toujours à la basse...en préparant son bac. Chris quitte la Martinique en 1975 pour des études d’informatique à Montpellier. Puis il revient un an en Martinique, où il est le bassiste du groupe ”Cristal”, avec Franck Donatien (Taxi Créole), Tony Chasseur, Pipo Gertrude (Malavoi), Philippe Joseph (Kassav’)…et continue l’enseignement. Il s’installe à Paris en 1984, il signe sa première production, un 45 tours où figurent les titres ”Pas ça” et ”Keep cool” qui seront réédités sur son premier album ”Plein Sud” quelques années plus tard. En 1994 paraît le premier album ”Plein Sud” (Déclic, Blue Silver), révélant plusieurs compositions chaleureusement accueillies en Martinique par le public, les médias et la profession. Moins d’un an plus tard, Chris Combette obtient le prix SACEM Martinique du meilleur compositeur pour le titre ”Lè siel si ba”. Lorsqu’il présente ”Salambô” fin 1996, la critique est unanime : c’est un travail novateur rompant résolument avec le ton habituel de la musique antillaise. Il quitte Paris pour la Guyane où il rencontre les cinq musiciens qui l’accompagnent actuellement. L’album ”Salambô” lui ouvre d’autres publics, ses prestations dans les festivals internationaux sont saluées par les revues spécialisées ou grand public d’horizons différents : San Fransisco, New York, Houston, Montréal, Québec, Jamaïque, Trinidad, Sainte-Lucie, Angoulême, Saint-Nazaire ou Marseille ont dorénavant fait connaissance avec Chris Combette sur scène. « La Danse de Flore », album édité en 2003, apparaît comme l’aboutissement d’une recherche acoustique. L’œuvre est magistralement servie en live par un duo guitare-voix / percussions. Aujourd’hui, Chris Combette figure parmi les auteurs remarqués de la World Music. Finaliste des Découvertes RFI de 1997, chouchouté en 1998 par les D.J. du zouk pour son duo avec Jocelyne Béroard (“ Lonbraj an pié mango”), prix groove du festival international du clip vidéo pour Salambô en 1999.

NEW COMBINATIE (Charvein)

Spécialisé dans le rythme et percussion Aléké. Le groupe « NEW COMBINATIE », est une formation originaire du village Charvein à Mana et qui existe depuis le 1er avril 2011. Ils sont un groupe d’amis de 15 percussionnistes chanteurs traditionnels de musique noire marron, très connue et nommée sur le haut Maroni et dans tout l’ouest de la Guyane, « Musique Aléké ».

Le jeune chef d’orchestre du Groupe NENGDISIE Milton, qui vit depuis de nombreuses années au sein de la Commune de Mana, a pour ambition, l’émancipation de la culture traditionnelle noire marron.

Son combat a permis au groupe NEW COMBINATIE de réaliser son tout 1er album intitulé : « Apenneli no lafu eng », sorti dans tout le département de la Guyane en juin 2011.

Ils ont également sillonné la région de l’ouest, en réalisant plusieurs concerts, notamment : à la Salle Polyvalente de la Charbonnière à Saint-Laurent du Maroni, à la Crique Balata, aux Sables Blancs et à Charvein.

Pour toute information : info line au : 0694 24 75 41

Mwen la ou mwen bwè lèt pas pou konté vaches. Je suis là pour boire du lait et non pour compter les vaches. • Mèm’ bèt’, mèm’ pwèl. (Même bête, même poil.) Du pareil au même.

Les conteurs de la Guyane :

- Mme Marie-louise BARTHELEMY, dite : « MALOU » (Sinnamary)

- Mr Hugo COÊTA (Cayenne)

- Mr Claude BAUMANN (Mana)

- Mme Eveline PERIGNY (Mana)

- Mr Rémy AUBERT (Mana)

- Mme Martine PALTON (Saint-Laurent du Maroni)

- Mr Eugène MACINTOCH (Saint-Laurent du Maroni)

- Mme Mauricienne FORTINO (St Georges)

Comédienne de Guyane invitée : Biographie de Marie Annie FÉLICITE

Marie-Annie FELICITE – auteur-metteur en scène guyanaise, née le 26 décembre 1959 domiciliée à MACOURIA. A la compagnie qu’elle a dirigée, autant que dans le milieu scolaire, elle consacre une large part à la formation théâtrale des jeunes. Son action va lui valoir des récompenses : « Lettre de félicitations du Ministère de la Jeunesse et des Sports (1995), « Lauréate de la culture Guyanaise de la région Guyane (2003) » Cofondatrice de Jik Jou Louvri, elle y connaît ses premiers succès de metteur en scène en signant la mise en scène de : Trop c’est trop de P. Assang (en 88), L’Atipa de Cyprien de Jik jou louvri (en 89), Le Dernier caïman de David Jaomanoro (en 90), Feu la mère de Madame de Feydeau (en 90), La vie de Mozart d’elle-même (en 91) Quelle est la part de Dieu ? D’elle-même(92)

En 1995, convaincue que le développement du théâtre en Guyane ne pouvait passer que par le professionnalisme, elle fonde avec l’aide de deux ou trois autres comparses, dont Roland Zéliam : la Compagnie Théâtrale Guyanaise pour laquelle elle met en scène : Retour de flamme d’Yvan Rollus(93), Ton beau capitaine de Simone Scharwz-Bart(96), Timomo sur les Marches du Palais, d’elle-même (97), Je l’ai vécu, d’elle-même (en 98) Piège pour un homme seul de Robert Thomas (en 98), L’Etalon de Jacques Sabatier (en 03), La rue du Bonheur (04), Le Voyage en Haïti(06), Le Juge Pénitent (07). Depuis 2007 elle codirige avec Roland ZELIAM la scène : « Théâtre de Macouria » avec comme programme de diffusion phare : Les Jeudis du Théâtre de Macouria

On dit aussi que : Les soucis enlaidissent, c’est la joie qui fait fleurir !

La présentatrice de la Nuit du Conte« PAUL HENRI GERARD », 8ème éditionNadine LÉO de Cayenne :

Née le 29 mars 1969 à Saint-Laurent-du-Maroni, Nadine LEO a commencé le folklore à l’âge de 6 ans dans le groupe folklorique de sa mère, "Les Jasmins". Nadine a fréquenté "la salle konvwé" de 1987 jusqu’à sa fermeture, lieu où elle a vraiment découvert le kasékô et appris beaucoup de chants.

En 2001, elle rentre comme chanteuse lead dans le groupe "GABY EDMÉE" mené par le grand "dokô tambou" M. CIPPE Réno et ce jusqu’à nos jours.

En janvier 2010, la chanteuse sort pour la première fois sur un CD avec le morceau "Ti Nénel" qui remporte un vif succès. En décembre 2010, elle sort son 2ème morceau "Tou patou ka fè cho" qui est aussi un succès.

Nadine LÉO a eu un lindor de la révélation de l’année en 2010. Elle a aussi participé au festival de Soulac-sur-mer en juin 2010, au Zénith en octobre 2010, à la nuit de la Guyane en décembre 2010 et à la foire de Paris en avril et mai 2011.

On dit que : Quand le chat n’a pas faim, il dit que le derrière de la souris pue !

Concours de contes et récits 2011 L’association ZIGZAG PROD En partenariat avec les Éditions Ibis Rouge

Les Objectifs du Concours de contes et récits

Du vendredi 30 septembre au samedi 29 octobre 2011 au soir.

Ce concours est ouvert à tous, il s’agit de présenter un texte inédit, contes ou récits : imaginer un conte sur le thème : « L’esthétique des Proverbes et des devinettes » (Masak ké dolo).1 à 2 textes par personne, l’écrit doit être votre propre œuvre et vos nom et adresse devront figurer au bas de l’écrit.

Vos textes devront être envoyés avant le 29 octobre 2011 au soir, cachet de la poste faisant foi : Soit par courrier à l’adresse suivante : ZIGZAG PROD’, 14 rue Aurélien ATTRE 97360 MANA Soit par Internet : zigzagprod@wanadoo.fr

Article 2 : Le jury sera présidé par Madame Monique BLERALD, et se réunira le lundi 31 octobre 2011, après lecture individuelle des textes, dûment anonymes. Article 3 : Le gagnant sera annoncé le samedi 05 novembre 2011 lors de la nuit du conte Paul Henri Gérard à Mana. Article 4 : Il y aura 3 catégories : le primaire, les collèges et lycées et le grand public. Article 5 : RECOMPENSES Le 1er de chaque catégorie aura un an de mise en ligne du conte primé sur le site www.zigzagprod.fr Un lot de livres de contes offert par notre partenaire Ibis rouge édition Publication de l’œuvre du vainqueur sur la brochure de la 9ème édition du Mémorial International du conte Paul Henri Gérard. Pour tout renseignement : 0694452772 / 0594341389

Tim Tim ? Bwa Sèk ! Est-ce que la cour dort ? Non, la cour ne dort pas.

Konmen fimèl ki ka viv ansanm nan an kay ? (Combien de femelles vivent ensemble dans la même maison ?). Réponse : Twa : lapòt, laklé, séri (Trois : la porte, la clef, la serrure).

Tim Tim ? Bwa Sèk ! Est-ce que la cour dort ? Non, la cour ne dort pas. Pwèl an ho, pwel en ba, koko en mitan ? Zyé (l’oeil) !

Vos textes devront être envoyés avant le 29 octobre 2011 au soir, cachet de la poste faisant foi : Soit par courrier à l’adresse suivante : ZIGZAG PROD’, 14 rue Aurélien ATTRE 97360 MANA Soit par Internet : zigzagprod@wanadoo.fr

LA PRÉSIDENTE DU JURY Mme. Monique BLERALD (Guyane)

Après avoir été détachée de 2009 à 2011 en tant qu’Inspecteur d’Académie-Inspecteur Pédagogique Régionale de Lettres dans l’académie de Guyane, Monique BLERALD, est à nouveau depuis septembre 2011, Maître de conférences en langues et cultures régionales à l’Université des Antilles et de la Guyane, et plus spécialement à l’Institut d’Etudes Supérieures de la Guyane où elle enseigne la littérature francophone caribéenne et les traditions populaires des Antilles et de la Guyane. Monique BLERALD est Docteur en littérature française, de l’université Michel de Montaigne de Bordeaux III. Sa thèse de doctorat soutenue sous la direction du Professeur Jack Corzani en 2000, s’intitule : « Féminisme, quête de l’Ailleurs, quête de l’Autre dans l’œuvre romanesque de Maryse Condé ». Ses recherches et publications très diversifiées portent sur les écrivains et écrivaines des Antilles et de la Guyane, les traditions populaires et la transmission des savoirs populaires.

Infos pratiques à Mana Hébergement :

- Le SAMANA Hôtel 18, rue Bruno AUBERT 97360 Mana Téléphone : 0594 27 86 67

- La maison familiale Rurale Chemin Départemental 97360 Mana Téléphone : 0594 34 35 67

- VAN DEN BERG HERMAN PK 26 AV Paul BERTHELOT Téléphone : 0594 34 81 05

- Auberge du bois diable Village Javouhey 8 avenue YA et SIONG 97360 Javouhey Téléphone : 0594 34 19 35

Les restaurants :


- Le BUFFALO 36 rue Javouhey 97360 Mana Tél. : 059434 42 80

- LE MANOA DEL DORADO 2 rue Javouhey 97360 Mana Tél. : 059434 81 97

- Le Restaurent KING 3, Rue Eliot 97360 Mana Téléphone : 0594 3482 18

- Auberge Awala :

- CENTRE DE SIMILI Bourg Yalimapo Tél. : 0594 34 34 37

Remerciements …INFO LINE : 0694 45 27 72 www.zigzagprod.fr - www.manaalaloupe.com zigzagprod@wanadoo.fr

« Que celui qui n’a pas traversé ne se moque pas de celui qui s’est noyé. » Proverbe africain

JPG - 701.6 ko
Téléchargez l’affiche du Mémorial Internationnal du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition 2011
JPG - 978.7 ko
Téléchargez le programme du Mémorial Internationnal du Conte Paul Henri Gérard 8ème édition 2011


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP